The Walking Dead dès le dimanche 20 mars à 20h40 sur Orange cinechoc

Les vivants ne sont plus que des morts en sursis ! : Attention série-choc ! Les morts-vivants ont envahi le monde et seuls quelques rescapés tentent de survivre… The Walking Dead, c’est la rencontre d‘un comics culte et d’un cinéaste de renom. Le résultat est une série-événement qui a été l’un des plus gros succès de la rentrée aux États-Unis. Découvrez en exclusivité sur Orange ciné choc la série dont tout le monde parle.

The Walking Dead saison 1

La civilisation s’est effondrée : il n'y a plus de lois, plus de justice, plus aucune technologie. Les villes sont en ruines. Le monde entier a été dévasté... par des morts-vivants : inexplicablement, les morts reviennent à la vie et dévorent les vivants ! Un petit groupe de survivants est mené par le jeune shérif Rick Grimes. Ils doivent se battre pour survivre : qui doit diriger ? où être à l’abri ? Hommes, femmes, enfants, ce groupe est composé de gens ordinaires, que rien n’a jamais préparés à cette situation littéralement apocalyptique. Dans un monde sans espoir, Rick va devoir prendre des décisions difficiles pour protéger sa femme et son fils. Mais dans un monde où seule règne la loi du plus fort, le risque ne viendra pas seulement des zombies qui rôdent toujours autour d’eux : les créatures les plus dangereuses pourraient bien être les humains…

Basé sur un comics à succès (Best seller aux Etats-Unis mais également en France), The Walking Dead est produit par Frank Darabont (le réalisateur de La Ligne Verte et Les Évadés) et Gale Anne Hurd (la productrice de Terminator et Abyss). Conçue pour la chaîne américaine AMC (Breaking Bad, Rubicon), c’est la série-événement qui a battu des records d’audience aux États-Unis.

UN SUCCES QUI DEVORE TOUT !

Un succès qui dévore tout !

Lancée sur AMC le 31 octobre 2010, c’est à dire le soir d’Halloween, The Walking Dead a été un énorme succès pour la chaîne américaine. Le premier épisode a totalisé 5,3 millions de téléspectateurs, un chiffre exceptionnel pour cette chaîne du câble. Les épisodes suivants ont été suivis par une moyenne de 5 à 6 millions de téléspectateurs, soit le double de Mad Men  pourtant diffusée sur la même chaîne ! - Une vraie Montée en puissance de la série, phénomène d’addiction, semaine après semaine, Le final a été suivit par plus de 8M de téléspectateurs sur la soirée. - (Comparer à l’audience de Mad Men c’est une série concurrente) Dès la diffusion du deuxième épisode, une deuxième saison de 13 épisodes été commandée (qui ne sera pas diffusée avant octobre 2011 aux États-Unis). The Walking Dead a également été lancée simultanément dans 120 pays à travers le monde sur les chaînes du réseau Fox International Channels, avec le même succès. Pour couronner le tout, la série s’est vue décernée une nomination aux Golden Globes 2011 dans la catégorie Meilleure série dramatique.

Guide des épisodes de la saison 1

Personnages et acteurs

Derrière la caméra

Frank Darabont (créateur, producteur exécutif, scénariste, réalisateur) Le cinéaste américain Frank Darabont est né en France, à Montbeliard, en 1959 ! Ses parents, originaires de Hongrie, avaient fui leur pays en 1956. La famille s’installe ensuite aux États-Unis, à Los Angeles, alors qu’il est encore un jeune enfant. Très vite, il se passionne pour le cinéma, notamment fantastique. Il en deviendra un grand connaisseur mais aussi un véritable collectionneur. Darabont débute dans le milieu du cinéma au début des années 80, comme assistant de production puis comme décorateur, tout en caressant l’espoir de devenir scénariste, chose qu’il réalise enfin en 1987, en co-écrivant Freddy 3 : Les Griffes du Cauchemar. Sa carrière naissante s’oriente alors vers le genre horrifique, puisqu’il écrit ensuite les scénarios de La Mouche 2 et du remake du Blob, et signe deux épisodes de la série télé Les Contes de la Crypte. En 1992, il intègre l’équipe de scénaristes de la série Les Aventures du Jeune Indiana Jones, dont il écrira 5 épisodes (Darabont écrira également l’une des multiples versions du scénario du 4ème long-métrage du héros au lasso). S’il a déjà réalisé un téléfilm en 1990 (Enterré Vivant), c’est en 1994 qu’il met en scène son premier long-métrage, Les Evadés, avec Tim Robbins et Morgan Freeman. Inspiré d’une nouvelle de Stephen King, il lui vaudra une nomination à l’oscar du meilleur film. Darabont adaptera le romancier à deux autres reprises : en 1999, ce sera La Ligne Verte, avec Tom Hanks, puis The Mist en 2007, avec Thomas Jane (Hung). Frank Darabont revient à la télévision dans les années 2000 : il réalise le pilote de la série policière Raines, dans laquelle Jeff Goldblum joue un flic victime d’hallucinations. Il mettra ensuite en scène un épisode de The Shield. The Walking Dead est la première série télé dont il est le créateur : il a écrit et réalisé l’épisode pilote de 70 minutes, et a signé le scénario de deux autres épisodes de la saison 1. Il sera à nouveau le producteur exécutif et scénariste principal pour la saison 2. « Robert Kirkman, le créateur du comics, a créé une base de travail formidable. Le frisson et l’horreur sont bien là, mais ce n’est qu’un supplément à une histoire déjà impeccable. Tout ce qu’il y a d’humain à l’intérieur de cette série pourrait s’appliquer à n’importe quel genre ou n’importe quel format. Je me demande en permanence ce que donnerait le scénario si on enlevait les morts-vivants. Le public serait-il toujours aussi passionné par l’histoire ? C’est dans ce sens que nous travaillons, pour aller plus loin que simplement des zombies et des effets sanglants. » Frank Darabont Filmographie (réalisation) 2010 The Walking Dead (Épisode 1 : « Days Gone Bye) 2007 The Mist The Shield (Épisode 6 de la saison 6 : « Chasing Ghosts ») Raines (Épisode 1 : « Pilot ») 2001 The Majestic 1999 La Ligne Verte (The Green Mile) 1994 Les Evadés (The Shawshank Redemption) 1990 Enterré vivant (Buried Alive) - Téléfilm

Gale Anne Hurd (productrice exécutive) Productrice de référence dans le domaine de la science-fiction et du fantastique, Gale Anne Hurd débute sa carrière dans les années 80 aux côtés de James Cameron. Co-auteur du scénario de Terminator en 1984, elle en est également la productrice. Elle produira ensuite avec lui Aliens, Abyss et Terminator 2. Côté films catastrophe, on lui doit également Armageddon et Le Pic de Dante. Gale Anne Hurd a déjà produit les adaptations sur grand écran de deux héros de comic books : Hulk (avec The Hulk en 2003 puis L’Incroyable Hulk en 2008) et le Punisher (The Punisher en 2004 et The Punisher : War Zone en 2008). Pour la télévision, elle a produit de nombreux téléfilms, notamment pour HBO, ainsi que les séries télé Alien Nation en 1989, et Aventure et Associés en 2002. « Pour moi, The Walking Dead c’est l’histoire idéale. J’ai tendance à aimer les personnages ordinaires qui doivent réagir dans des circonstances extraordinaires. Ils doivent trouver un but et une force pour survivre. Avec ce monde post-apocalyptique, on retrouve donc ce type de personnages très intéressants et très complexes, qui doivent puiser dans leurs dernières ressources pour s’en sortir. » Gale Anne Hurd

Robert Kirkman (créateur du comics, producteur exécutif, scénariste) Scénariste de comics, Robert Kirkman se fait remarquer au début des années 2000 avec Battle Pape, une BD indépendante à scandale qui décrit un pape guerrier et transgressif ! C’est en 2003 qu’il imagine The Walking Dead : ce comics se poursuit toujours aujourd’hui, après plus de 80 numéros (dont il a signé tous les scénarios). En 2010, The Walking Dead lui permet de remporter le très prestigieux Eisner Award du meilleur comics à suivre. La vague zombie qu’il contribue à lancer l’amène à travailler pour l’éditeur phare Marvel : il écrit alors Marvel Zombies qui imagine l’univers de Spider-Man et Iron Man envahi par les morts-vivants ! Robert Kirkman est totalement impliqué dans l’adaptation télévisée de son œuvre : il est non seulement producteur exécutif de la série télé The Walking Dead, mais il en a également écrit l’épisode 4 (« Vatos »), une expérience qu’il espère renouveler au cours de la saison 2. « J’ai eu cette idée d’un « film de zombie qui ne s’arrêterait jamais », qui prendrait la forme d’une histoire extrêmement longue au cours de laquelle les personnages pourraient évoluer. Ça n’aura pas duré bien longtemps s’il n’y avait eu que du sang et de la violence. J’ai créé une histoire dans laquelle on voit des personnages faire des erreurs et tirer, ou non, une leçon de ces erreurs, pour devenir des personnes meilleures... ou pires ! Donc c’était d’abord par nécessité qu’il fallait créer des personnages suffisamment intéressant pour qu’ils deviennent attachants. » Robert Kirkman

Greg Nicotero (Maquillages spéciaux, Producteur consultant) Que serait une série de morts-vivants sans un bon maquilleur ? Référence dans le domaine des maquillages spéciaux à Hollywood, Greg Nicotero est le concepteur des maquillages horrifiques qui donnent vie aux morts-vivants de The Walking Dead. Nicotero a déjà collaboré à de nombreuses reprises avec Frank Darabont, notamment sur La Ligne Verte et The Mist. Après s’être fait remarqué grâce à la création des carcasses de bisons pour Danse avec les Loups en 1990, les plus grands cinéastes font régulièrement appel à sa société KNB pour leurs effets de maquillage : Quentin Tarantino (Kill Bill, Pulp Fiction…), Robert Rodriguez (Une Nuit En Enfer, Sin City), Sam Raimi (L’Armée des Ténèbres), Wes Craven (Scream) ou encore George A. Romero (Land of the Dead). « Pour The Walking Dead, nos zombies sont grands et maigres. La moitié du travail consiste à trouver des visages avec beaucoup de personnalités. Nous nous inspirons beaucoup du comics et des dessins de Charlie Adlard : ses zombies sont très minces, avec les épaules voûtées ; ils ont des cous très longs et une structure osseuse assez fine. Nous avons donc cherché des acteurs qui avaient déjà un tel physique, que nous avons ensuite accentué grâce au maquillage. » Greg Nicotero

Notes de production

La saison 1 a véritablement été tournée à Atlanta et ses environs, entre le 2 juin et le 18 Août 2010, en pleine vague de chaleur. Le directeur de la photographie de l’épisode pilote est David Tattersall. Ce britannique a non seulement travaillé sur deux longs-métrages de Frank Darabont (La Ligne Verte et The Majestic) mais a également exercé sur Star Wars Episodes I, II et III de George Lucas, ainsi que sur Speed Racer des frères Wachowski. La musique de la série est signée Bear McCreary : le style novateur de ce jeune compositeur s’est fait remarqué sur la nouvelle mouture de la série de science-fiction Battlestar Galactica. Il a également écrit les musiques des séries Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor et Human Target. Avant le tournage, la production a ouvert une « Zombie School » à Atlanta : le maquilleur en chef Greg Nicotero y a testé près de 150 figurants: leur démarche et leur langage corporel ont testés pour sélectionner ceux qui auraient la chance d’apparaître dans la série en tant que morts-vivants. Dans le comics, Rick Grimes est le shérif adjoint de la petite ville de Cynthiana dans le Kentucky, alors que dans la série télé, il est originaire du comté de King County dans l’état de Géorgie. Acteur britannique, Andrew Lincoln a dû modifier son accent pour incarner un shérif de l’état de Georgie. A la demande de Frank Darabont, il a non seulement reçu l’aide d’un coach, mais a également dû parler avec cet accent américain durant toute la période du tournage, y compris entre les prises. Le titre du premier épisode (« Days Gone Bye ») est en fait le titre du premier volume relié du comic book. Contrairement aux récents films comme 28 Jours Plus Tard, les morts-vivants de The Walking Dead se déplacent très lentement. Leurs attaques n’en sont que plus sournoises, comme dans les premiers films du genre.

Du comics à la série

Le premier numéro de The Walking Dead a été publié aux États-Unis en Octobre 2003, chez l’éditeur Image (qui publie également Spawn et Witchblade). Fidèle au système des comic books américains, la série paraît à un rythme mensuel. Créée par le scénariste Robert Kirkman, c’est l’américain Tony Moore qui dessine les 6 premiers numéros. Lui succède ensuite le dessinateur britannique Charlie Adlard. L’un comme l’autre dessinent la série uniquement en noir et blanc. The Walking Dead est l’un des plus gros succès de la bande-dessinée américaine, hors séries de super-héros. Le titre vient de dépasser les 80 numéros, toujours écrits par Kirkman. En France, The Walking Dead est publié en librairies sous forme de recueils (12 à ce jour) chez l’éditeur Delcourt. Le comic book est déjà suffisamment réaliste pour qu’une transposition en série télé ne soit pas hasardeuse. La grande chance est que Robert Kirkman s’est joint à l’équipe. Gale Anne Hurd, la productrice de la série, confirme que Kirkman a notamment été impliqué dans le choix des comédiens et a participé à l’écriture de la série, signant même un épisode. « Il a compris que la narration allait être différente par rapport au comics » explique la productrice. « Il a même encouragé cette différence et s’est assuré que la série n’allait pas suivre le même cheminement que le comics. » Effectivement, les fans seront surpris et ravis de constater que, dés le troisième épisode, l’histoire s’éloigne considérablement de celle du comics. Kirkman raconte en effet « qu’il y a beaucoup de choses que j’ai racontées de manière rapide dans les premiers numéros, car je ne savais pas si le comics allait avoir du succès ou pas ! » C’est d’ailleurs Franck Darabont qui a déterminé, avec lui, les passages qui méritaient d’être plus élaborés. Le but étant qu’au final, les lecteurs de la BD soient surpris par des rebondissements inédits et des personnages nouveaux. « La série suit à peu près la même trame narrative que le comics, mais il y a suffisamment de différences pour vous permettre de l’apprécier », précise Kirkman.

Zombies Apocalypse !

Si le comics et la série The Walking Dead ont remis les morts-vivants à l’honneur, cette créature du bestiaire fantastique a tout un héritage cinématographique. Le film Vaudou (I Walked With a Zombie) que réalise Jacques Tourneur en 1943 est l’un des premiers à mettre en scène des morts qui se relèvent de leur tombe, mais c’est véritablement La Nuit des Morts-Vivants de George A. Romero qui marquera le genre d’une pierre (tombale) blanche. L’histoire d’un petit groupe de personnages assiégé dans une maison par des morts dévoreurs de chair humaine devient très vite un classique, malgré son budget réduit ; outre les scènes chocs, Romero excelle à retranscrire les moments de tensions au sein d’un groupe isolé. Dix ans plus tard, Romero réalise Zombie (Dawn of the Dead), une suite souvent considérée comme supérieure à l’originale : les personnages se réfugient cette fois dans un centre commercial encerclé par les morts-vivants… Zombie engendrera de multiples copies, particulièrement en Italie, avec des titres comme L'Enfer des Zombies ou Virus Cannibale. En 1985, Romero conclura (temporairement) sa saga avec Le Jour des Morts. La même année, le réalisateur Dan O'Bannon est le premier à traiter le genre avec humour dans Le Retour des Morts-Vivants. Les années 2000 verront une véritable résurrection du genre avec les 4 films Resident Evil (inspirés des jeux vidéos) ainsi que L’Armée des Morts (le remake de Zombie par Zack Snyder) et 28 Jours Plus Tard de Danny Boyle (Slumdog Millionnaire). Preuve de la nouvelle popularité du genre, les zombies se mettent définitivement à rire avec Shaun of the Dead et Bienvenue à Zombieland. Et pendant ce temps, George Romero réalisera 3 autres films de morts-vivants : Land of the Dead (2005), Diary of the Dead (2007) et Survival of the Dead (2009). Sur le petit écran les zombies se sont faits assez discrets. On peut juste noter la mini-série britannique Dead Set qui mettait en scène une émission de télé-réalité envahie par les morts-vivants. Les survivants de The Walking Dead rappellent en fait les héros de la série anglaise Survivors (1975) : après que 99% de la population mondiale ait succombé à un virus mortel, quelques rescapés tentent de survivre dans un monde sans loi, ni technologie. Cette série aura droit à un remake en 2008 (diffusé sur Orange cinéma séries).

Les 3 règles des morts-vivants

Toute personne qui décède, quel qu’en soit la cause, ressuscitera quelques heures plus tard en tant que mort-vivant. Toute personne simplement mordu par un mort-vivant deviendra à son tour un mort-vivant. Le seul moyen de se débarrasser d’un mort-vivant est de détruire son cerveau.

La presse aime The Walking Dead à mort

« La meilleure nouvelle série à la télé. » Entertainment Weekly « Visuellement stupéfiant et novateur dans sa manière d’utiliser le silence. » TV Guide « À couper le souffle même dans les plus petites scènes, dans lesquelles la douleur et la joie d’être un humain sont transmises grâce au seul talent du réalisateur. » Wall Street Journal « Effrayant et remarquablement bon. » The New York Times « Attention : série culte ! » Mad Movies « Là où la série est d’une fidélité absolue à l’œuvre de Robert Kirkman, c’est dans l’aspect qui a propulsé The Walking Dead au-delà d’une simple série sur une invasion de zombies : ses personnages. » Comic Box